Raufer

Le coup d’œil de Philippe Randa : Hubert Falco, clip de faim pour le failli du Var

Falco Hubert n’est plus maire de Toulon, ni président de la Métropole Toulon Provence Méditerranée (TMP) : condamné le 14 avril pour recel de détournement de fonds publics à trois ans de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité par jugement du Tribunal correctionnel de Marseille, l’exécution provisoire a été prononcée, d’où la déchéance immédiate de ses mandats.

Sa chute n’a sans doute pas l’impact médiatique qu’elle devrait, à l’exemple de quelques autres scandales politico-financiers, ceux de Jacques Médecin, Michel Mouillot ou Bernard Tapie dans un passé déjà lointain, de Dominique Strauss-Kahn à Jérôme Cahuzac sous la présidence Hollande, puis des Balkany plus récemment sous celle d’Emmanuel Macron pour n’en citer que quelques-uns dans les dizaines, voire centaines d’autres affaires peu reluisantes impliquant tant de femmes et d’hommes ayant jugé plus rentable de vendre leur personne à la France plutôt que de lui en faire don.

Rallié à Emmanuel Macron en 2021, Hubert Falco aura occupé tous les mandats politiques du Var : député, sénateur, président du conseil général, maire (de Pignans avant Toulon), il fut également ministre de Jacques Chirac, puis de Nicolas Sarkozy : c’est dire si à 75 ans, il n’aura donc pas jugé sa retraite suffisamment sonnante et trébuchante pour renoncer aux dorées fonctions électives dont le tribunal correctionnel de Marseille vient de le priver.

Et, à en croire son ami André Herrero, ancien champion du XV de France, il en serait « très abattu, très affecté, en dessous de zéro et complètement sidéré par ce qui lui arrive. Jamais il n’a pu imaginer une aussi grosse sanction contre lui. Il ne s’attendait pas à ça. Pas du tout. Ça l’a dépassé. Il cherche à comprendre. Il ne s’est pas aperçu qu’il marchait dans les sables mouvants ». Mouvants, certes… et surtout rentables. Jusqu’à l’aveuglement.

C’est en octobre 2021 qu’il fut mis en garde à vue pour détournement de fonds publics ; motif ? Ce gourmand soucieux de ses économies avait gardé table ouverte jusqu’en 2018 à la cantine du conseil départemental du Var, ayant simplement oublié qu’il ne le présidait plus et n’en était même plus membre depuis 2002. De même, « il lui était aussi reproché d’avoir profité de repas à domicile et de frais de pressing réglés sur des fonds publics de la collectivité. L’affaire était connue sous le nom du “frigo de Falco”. Selon les enquêteurs, ces repas privés servis à l’élu et à son épouse, employée du conseil départemental, auraient coûté au moins 64 500 euros entre 2015 et 2018, soit 1 500 euros par mois », rapporte Les Échos.

On veut bien croire encore André Herrero qui affirme que son ami « n’était pas un jouisseur, ni un garçon qui jette les sous par les fenêtres » : le siens, c’est certain, il l’a prouvé ; ceux des contribuables, en revanche, non, c’est certain aussi.

Des esprits chagrins pourraient estimer qu’Hubert Falco n’est qu’un ripou parmi bien d’autres qui « a eu quelques torts, mais (…) n’a jamais rien fait d’exceptionnel (…) n’a pas pris la mesure de ce qu’était la gestion d’une collectivité comme le Département. Il n’a pas vu arriver ces petites bavures qu’il a faites, qui à la longue sont devenues un vrai problème » (dixit André Herrero, encore), mais tout de même : à qui fera-t-on croire que personne n’a été au courant, près de 20 ans durant, des « avantages » dont il bénéficiait indûment : les services comptables, mais probablement d’autres employés des services généraux, tout comme les élus et surtout Horace Lanfranchi, son successeur en 2002 à la tête du conseil, et réélu en 2004, 2008 et 2011… voire même Marc Giraud, élu en 2015 et lui-même « démissionné » par le préfet à la suite d’une condamnation dans une affaire de détournement de fonds publics à Carqueiranne.

« Pas du beau monde ! », comme disait ma grand-mère !

Et donc, pourquoi n’y aurait-il pas d’autres mises en examen pour complicité de détournement de fonds publics ? Poser la question est y répondre… Va-t-on assister un jour ou l’autre, enfin ! à une vaste opération « manu pulite » (mains propres), à l’exemple de ces enquêtes judiciaires au début des années 1990 en Italie qui décapitèrent littéralement le monde politique et économique corrompu de ce pays.

Si on faisait un rêve, nous aussi ?

Philippe Randa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *