viol

Le coup d’œil de Philippe Randa : La réjouissante déroute des faiseurs de morale !

Le magnifique Conte de Noël raconté par Philippe de Villiers sur CNews, enthousiasma plus de 583 000 téléspectateurs – selon les chiffres de Médiamétrie –, avant de devenir aussitôt « viral » sur internet (vu plus de 900 000 fois sur les réseaux sociaux)…

Au-delà du succès d’audience, la réaction haineuse du journaliste Jean-Michel Aphatie est particulièrement révélatrice de la déroute politique des auto-proclamés détenteur de la vérité : ces journalistes mainstream qui ont régné des décennies durant sur les médias français.

L’intéressé a en effet laissé exploser sa rancœur via un tweet qui a dû mettre mal à l’aise plus d’un lecteur : « Tout y est : la musique comme une mélasse, la niaiserie en couches épaisses, peut-être le sourire en coin de Geoffroy Le Jeune qui semble dire : “il ose tout”, enfin l’autosatisfaction régressive de Philippe de Villiers retourné au XIIe siècle. Joyeux Noël »… propos qui lui attirèrent cette réponse d’Eliot Deval, animateur de « l’heure des pros » sur Cnews le 25 décembre : « Cette séquence vous a touchés. Des milliers de messages inondent la toile. Mais c’était sans compter l’aigreur d’un homme, le pape de la bien-pensance qui voit son trône idéologique vaciller », avant d’enfoncer le clou : « Jean-Michel Aphatie enrage, déchaine ses passions tristes. Il a mené la danse des interviews politiques. Aujourd’hui, ses idées sonnent faux et, quand il attaque, il vise à côté (…) Aphatie n’est plus grand chose et, en même temps, tout ce que les Français ne supportent plus : les donneurs de leçons, les faiseurs d’une morale qui ne trouve plus le moindre écho, si ce n’est sur le boulevard Saint-Germain»

Tout est dit…

Le « dernier » (pour l’heure) scandale médiatique en date de cette fin d’année 2023 est donc particulièrement réjouissant, n’en déplaise à tous ceux qu’on entend souvent dire, avec une insistance quelque peu désespérée, que « tout est foutu »…

De même, le quotidien Libération témoigne que « dépassée pour la première fois par le canal 16 de Vincent Bolloré sur une période d’une semaine début décembre, la chaîne du groupe Altice imite sa concurrente et invite toujours plus de polémistes identitaires pour tenter de regagner des téléspectateurs. En interne, les journalistes font part de leur inquiétude face à une direction embarrassée (…) La participation de Thais d’Escufon à des débuts sur BFMTV n’est en effet que la plus récente des invitations de figures de l’extrême droite identitaire par la chaine d’information, Il y eut ainsi Laurent Obertone, essayiste de l’ensauvagement, connu pour son best-seller La France orange mécanique, et convié fin novembre pour évoquer le drame de Crépol. Il y eut aussi Juliette Briens, chroniqueuse sur Radio Courtoisie et collaboratrice au magazine zemmouriste L’Incorrect (le théoricien du grand remplacement Renaud Camus est en couverture du dernier numéro), intervenante régulière (et rémunérée) sur les plateaux de la chaine d’info. On peut aussi citer Olivier Vial, participant assez assidu de l’émission 22h Mas, simplement catégorisé comme directeur du Ceru, laboratoire d’idées universitaires, alors qu’il a surtout été, et pendant longtemps, le président de l’UNI, le très droitier syndicat étudiant (…) »

Sans doute, parmi les lecteurs qui lisent ce « coup d’œil » en est-il beaucoup, voire une majorité, qui le pense : le présent est moche, mais l’avenir sera désespérant…

Prenons le risque de les contredire, preuves ci-dessus à l’appui et affirmons plus que jamais que l’avenir ne sera pas forcément aussi triste que cela en rappelant, encore et toujours, la célèbre phrase de Charles Maurras : « Le désespoir en politique est une sottise absolue… »

Enfin, peut-être que si, finalement, mais pour tous ceux qui ont œuvré, des décennies durant, à favoriser la submersion migratoire et la mondialisation économique, tous ceux qui abhorent la culture française et la civilisation européenne.

Ont-ils tant de raison que cela de se réjouir de notre présent et n’ont-ils pas encore plus à craindre de l’avenir ?

Et puis, vous savez quoi ? Allez, tiens… Joyeux Noël !

Philippe Randa

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *