Mélenchon

Le coup d’œil de Philippe Randa : Jean-Luc Mélenchon : Trotsky sort de ce corps !

Nombre de Français s’inquiètent de la terrible menace que représenterait Jean-Luc Mélenchon, leader maximo de la France insoumise, s’il devait remplacer dans les prochains jours Gabriel Attal à Matignon.

Bien qu’il soit toujours délicat de prédire l’avenir, surtout en politique, rappelons que l’intéressé n’est toujours pas (à l’heure où ses lignes sont écrites) candidat au Poste de Premier ministre et s’il devait secrètement l’espérer ou en tout cas y croire, nul doute que son attitude, ses déclarations, ses mises en garde et ses menaces sont à l’évidence le meilleur moyen d’écarter cette hypothèse.

Pour preuve, dimanche soir 7 juillet, à peine les premières estimations des résultats du deuxième tour des élections législatives affichés (et indiquant qu’il n’y aurait aucune majorité absolue), il exigea qu’un ministre issu du Nouveau Front Populaire soit nommé pour « appliquer son programme, rien que son programme, mais tout son programme… » : il n’est nul besoin d’être  sorti de Saint-Cyr, et encore moins du cabinet McKinsey & Company, pour comprendre qu’il se mettait ainsi hors jeu pour une telle nomination.

Pour preuve encore, l’appel d’Adrien Quatennens, fidèle d’entre les fidèles de sa garde rapprochée, qui envisage pour sa part « une grande marche populaire » sur Matignon afin d’obliger Emmanuel Macron à nommer un Premier ministre de gauche. D’où légitime tollé indigné de toute la classe politique, y compris au sein du Nouveau Front Populaire.

Quand on estime avoir quelques chances d’obtenir ce qu’on désire, notamment une nomination politique et former une majorité, relative ou absolue, il est évident qu’on cherche avant tout à rassurer, à rassembler, à convaincre les plus sceptiques, les plus hésitants, voire les plus hostiles que « mais non ! mais non ! il n’y a aucun péril à l’horizon » et qu’on ne laissera donc pas entrer un quelconque loup dans la bergerie des Affaires de l’État…

D’évidence, ce n’est pas, ou plutôt ce n’est plus, la stratégie de celui qui aura tenté par trois fois d’entrer à l’Élysée par les voies électorales et qui n’y croit plus.

Peut-on en être soulagé pour autant ? Sans doute pas lorsqu’on connait la formation idéologique de celui-ci : le trotskysme.

S’il s’identifia jadis dans un hurlement de rage passé à la postérité à la République, craignons que Jean-Luc Mélenchon envisage désormais de suivre les pas de son maître Léon Trotsky, cheville ouvrière de la Révolution bolchevique et de la prise de Pouvoir par l’insurrection.

Au vu des derniers scores électoraux de La France Insoumise dans les zones perdues de notre pays, la mise hors-jeu pour Matignon de cet héritier spirituel du célèbre révolutionnaire russe n’en est donc nullement plus rassurante pour autant.

Philippe Randa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *