impôts

La France, mère des crimes, des impôts et des taxes

Les deux sujets sont-ils liés ? En tout cas ce qui est certain, c’est que la France bat des records de criminalités et est l’un des pays européens qui oppresse le plus fiscalement ses habitants.

Selon Pierre Buigues, professeur à l’université de Toulouse et ancien conseiller économique à la Commission européenne (nul n’est parfait), « la France est très mal classée dans l’Union Européenne en matière de sécurité des biens et des personnes ».

Dans sa chronique du Figaro Vox du 14 juillet 2023, il détaille ainsi les chiffres venant d’Eurostat et du Conseil de l’Europe. Entre 2016-2018, la France était le deuxième pays le plus mal classé des 27, en matière de vol qualifié ; le troisième le plus mal classé s’agissant des vols de voitures et de très loin. Pour les vols qualifiés, il note 150 vols pour 100 000 habitants, contre moins de 50 en Allemagne, en Italie, dans le nord de l’Europe et dans la plupart des pays de l’Est. Pour les vols de voitures, c’est près de 250 vols en France toujours sur 100 000 habitants, contre moins du tiers en Espagne, en Allemagne, et dans les pays du nord de l’UE.

Pour les homicides, la France est le pays où en nombre absolu, il y a le plus d’homicides. En 2020, 879 homicides en France, contre 719 en Allemagne, 298 en Espagne, 285 en Italie (pays de la mafia !). Mais si l’on ramène ces chiffres absolus à la population des pays, les choses empirent si j’ose employer cette expression : 12,9 homicides par million d’habitants en France, 8,7 en Allemagne, 6,3 en Espagne, et 4,9 en Italie.

Et encore, Pierre Buigues nous signale un élément très important, les homicides sont sous-évalués en France, car nous explique-t-il, « les agressions menant à la mort », ne sont pas comptabilisées dans les homicides, étonnant non ! Alors qu’elles le sont en Allemagne ou en Espagne.

Bien sûr, il souligne que la France est mal dotée en juges. Pour la période 2019-2021, il y avait 18 juges pour 100 000 habitants dans l’UE, mais 11,1 en France ; 26, 4 en Allemagne, et 15,3 en Italie. Pour le nombre de policiers, la France se situe juste à la moyenne européenne, soit pour 1000 habitants, 3,3 policiers contre 3,2 pour l’UE. Mais en Espagne ce nombre est de 3,6, et plus de 4 en Italie, 4 en Hongrie et en Slovaquie, seuls les pays du nord comme la Finlande, la Suède ou le Danemark ont des taux beaucoup plus bas.

La Cour des comptes a également émis des statistiques sur « les forces de sécurité » en 2020. Pour 100 000 habitants elle arrive aux taux suivants : 5,8 pour l’Italie, 5,1 pour l’Espagne, 5,7 pour les Pays-Bas, 4,5 pour la France et 3,8 pour l’Allemagne.

Si l’on compare les chiffres de dépenses publiques en mission de sécurité, en 2018 pour l’UE la moyenne est de 2%, il est de 1,7% en France, idem en Allemagne, mais de 2,3% en Italie, et de 2,8% en Espagne.

S’agissant des prisons, en 2021, le taux d’incarcération en France était de 102,6, nombre de personnes emprisonnées pour 100 habitants. En UE, il est de 106. Or dans la plupart des autres pays européens, ce taux est au-delà de 160 pour la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la Tchéquie. En résumé, en France les délits et les crimes sont très importants, mais les incarcérations moins fortes qu’ailleurs.

Comme l’indique justement l’auteur de l’article : « Etant donné le nombre limité de places en prison, l’incarcération en France, n’intervient pas après le 1er délit et pour une incarcération courte, mais après un grand nombre de délits. » Et de mettre en exergue une vérité largement oubliée chez nous : « Au Pays-Bas, par exemple, on incarcère rapidement, après un premier délit, ce qui est plus dissuasif. » En France, on multiplie les peines avec sursis ou les alternatives à la détention ce qui favorisent le crime, mais on se refuse à construire de nouvelles prisons.

Championne d’Europe de la pression fiscale !

Le même jour, Le Figaro publie un article de Julie Ruiz intitulé : « La France championne d’Europe de la pression fiscale et sociale ». Pour les contribuables français, le poids de la fiscalité est de 54,1% en 2023, soit la médaille d’or des prélèvements obligatoires. La France vient de détrôner l’Autriche est qui passée à la 3ème place. Dans l’UE la moyenne est à 44,1% en 2023, la France est donc à 10 points de plus, ce qui est considérable. Et malgré ces impôts vertigineux, la dette française a dépassé le cap des 3000 milliards à 111,6% du PIB.

En France, on n’a pas de pétrole, mais on croule sous la délinquance et le crime et on a des impôts et des taxes en pagaille, sans compter les déficits. Là aussi, il serait grand temps que nos dirigeants prennent enfin la mesure de la réalité et qu’ils en tirent les conséquences plus que nécessaire. Si notre grand poète Joachim du Bellay revenait d’outre-tombe, il pourrait écrire : « France, mère du crime, des impôts et des taxes ».

Michel Festivi