Saint-Denis

Constitutionnalisation de l’IVG ou opération diversion ?

Avec sa trousse du parfait petit chimiste qui aurait perdu son mode d’emploi , Emmanuel Macron ne savait plus comment arrêter le feu qui couve aussi bien dans les banlieues que dans les campagnes. Après son voyage en Israël et sa rencontre avec Mahmoud Abbas qui ne lui a pas valu que des compliments (1), le président pense avoir trouvé la parade. Il s’est soudain rappelé qu’il avait promis, lors de la Journée de la femme (invention soviétique) le 8 mars dernier et de l’hommage rendu pour l’occasion à Gisèle Halimi, grande prêtresse de l’avortement dans les années 70, d’inscrire l’interruption volontaire de grossesse dans la constitution.

Colossale finesse…..

« En 2024, la liberté des femmes de recourir à l’IVG sera irréversible » a-t-il proclamé sur le réseau social d’Elon Musk, décrié par l’ensemble du monde politiquement correct- Macron compris… – pensant pouvoir panser les plaies de notre pays et faire oublier l’insécurité galopante, l’égorgement de Dominique Bernard et la guerre au Proche-Orient qui menace l’équilibre de notre pays, tant monte la tension entre les millions de musulmans présents sur notre sol et la communauté juive. Sans compter les millions de nos compatriotes qui refusent de prendre parti dans le conflit ou qui déplorent que ce que Jean-Marie Le Pen avait annoncé dès les années 70 se réalise.

Pour Marine Le Pen, qui a rappelé qu’ « aucun mouvement politique ne demande la remise ne cause de l’IVG » — elle-même, avec 50 de ses élus, avait pourtant souhaité voir l’IVG coulée dans le marbre de la constitution ! —, le geste d’Emanuel Macron a « la beauté de l’inutilité ».

Aussitôt le message macronien posté sur le réseau social que Tristan Mendès-France et ses acolytes appelaient récemment à boycotter, l’Insoumise et soutien du Hamas Mathilde Panot saluait « une victoire pour les associations , les collectifs, les militantes qui se battent pour le droit des femmes à disposer de leur corps soit enfin garanti ». « Pour être certaine que l’on puisse se réjouir ,pourriez-vous nous indiquer ce qu’il y aura d’autre dans cette réforme constitutionnelle ? » postait pour sa part Sandrine Rousseau sur le Net avant de se raviser et de supprimer son message.

Matière inflammable

Emmanuel Macron pense ainsi avoir trouvé la solution et espère voir aboutir cette révision de la constitution avant les Régionales de 2024. Encore faut-il que que cette révision soit votée par les deux chambres — Assemblée nationale et Sénat — en termes identiques. Ce projet risque fort de plus, et ce sera tout bénéfice pour l’Elyséen, de voir se déchirer avec leur hiérarchie aussi bien les élus du RN que ceux des Républicains attachés à la défense de la vie. Une chose est sûre, les élus de gauche doivent être ravis de cette aubaine. Oubliés pour les instants les mots ( maux ?) « terroristes » « résistants» et autres nom d’ oiseaux que les Panot, Mélenchon, Rousseau, Garrido , et autres Faure et Roussel s’envoyaient en pleine figure. D’ici à ce que l’on voit Yaël Braun-Pivet et Mathilde Panot se faire le baiser de Judas, il n’y a pas loin.

Françoise Monestier

1)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *