reporters

Le coup d’œil de Philippe Randa : La facture du « quoi qu’il en coûte » !

Il y a les philosophes et leurs gros pavés fourmillant de citations multiples et variées : ceux-là n’aiment rien tant que citer et citer toujours, encore et encore, leurs prédécesseurs en philosophie qui eux-mêmes, d’ailleurs, n’aimaient déjà rien tant qu’à étaler leur culture encyclopédique en citant et citant toujours, encore et encore… pour démontrer on ne sait finalement plus trop quoi, le lecteur ayant généralement oublié l’énoncé du sujet dans l’attente vaine de réponses compréhensibles… si réponses il y a !

Et il y a les témoignages des acteurs de la société dans leur activité quotidienne : concis, précis, compréhensible par tout à chacun car souvent ce qu’ils rapportent est vécu par tous.

L’exemple par ce pharmacien de Clermont-Ferrand qui fait face, comme tous ses confrères de l’hexagone, à une pénurie de « sa » matière première, soit… les médicaments !

« Une épreuve au quotidien. Et si la très grande majorité des clients a appris la résilience, d’autres s’agacent au comptoir. De dépit », titre le quotidien La Montagne qui rapporte les faits.

Des faits « simples », comme l’explique l’apothicaire (comme on l’appelait dans le temps): « C’est simple. On a des pénuries sur tous les antibiotiques. On les reçoit par vague. Ça finit toujours par arriver, mais on ne sait jamais quand… On se fait engueuler toute la journée ! »… et d’en expliquer la cause sans circonvolutions inutiles : « Le marché français n’est pas intéressant pour les laboratoires qui peuvent vendre plus cher ailleurs ! En Allemagne, en Italie, il n’y a pas de pénurie. Il ne faut pas rêver, c’est la loi de l’offre et de la demande. »

Première raison, mais pas la seule puisqu’il n’hésite pas à pointer aussi un passé récent où le « quoi qu’il en coûte » de l’actuel locataire de l’Élysée faisait alors office de devise nationale : « Même si on a donné l’habitude aux gens de ne rien débourser, la santé a un coût, et les caisses de la Sécurité sociale sont vides. Ils ont dépensé des milliards pendant le Covid. Les gens vont devoir payer un minimum. »

Présenter la facture au consommateur, donc… à tous les consommateurs et pas seulement à l’électeur ou électrice macroniste, hélas !

Une électrice ressemblant peut-être à cette jeune fille, venue justement l’autre jour chez ce pharmacien et « qui a refusé de payer 4 euros pour sa santé, alors qu’elle avait le dernier iPhone à 1 300 euros en main. À un moment donné, il faut aussi avoir un minimum de bon sens. »

Mais si « bon sens » rimait avec « macronisme », les poules auraient des dents et les semaines 4 jeudis… voir peut-être davantage !

Philippe Randa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *