Raufer

Le coup d’œil de Philippe Randa : Les vérités de Xavier Raufer sur la « pax macronia »

Lors de sa récente émission du « samedi politique » sur TVLibertés, Élise Blaise recevait un habitué de son plateau : le criminologue Xavier Raufer, directeur d’études au pôle sécurité défense du CNAM, également (et entre autres) professeur aux États-Unis et en Chine.

Leur tour d’horizon de la délinquance en France – de son augmentation incessante à l’aveuglement persistant des Pouvoirs publics, plus obsédés par les « coups de communication » que par une quelconque efficacité – n’a rien eu de réjouissant. On pouvait s’en douter.

Toutefois, trois remarques de Xavier Raufer ont pu à juste titre interpeller le téléspectateur…

La première a été son rappel que dans un pays comme la France, « toute reprise en main adopte toujours la forme de ce qu’on appelle une courbe en “J”, c’est-à-dire cela va toujours plus mal avant d’aller mieux, et là, si monsieur Darmanin commence aujourd’hui à rétablir l’ordre dans ce pays comme il faudrait le faire et comme il pourrait le faire dès aujourd’hui, s’il en avait le temps, on s’apercevrait que le bas de la courbe, c’est-à-dire là où cela ira le plus mal avant de commencer à aller mieux, c’est… 2027 ! Pourquoi ? Parce que le France, ce n’est pas un hors-bord qui vire sur place comme-ça dans tous les sens, c’est un énorme paquebot de 68 millions de passagers (qui) ne tourne pas sur place… Quand on lance un ordre du sommet et qu’on veut le faire appliquer sur la base, et bien fatalement, il y a une inertie… »

Constat maintes fois fait que tout de ce qui n’a pas été entrepris dès les premières semaines d’un quinquennat se heurte ensuite inévitablement aux échéances électorales : l’élection ou la réélection sont alors les seules et uniques obsessions de tous ceux qui ont fait don de leur personne à leurs propres ambitions d’abord, à la France accessoirement.

Ceux-là consacrent toutes leurs énergies à « leurs affaires » plutôt qu’« aux Affaires » dont ils ont la responsabilité.

La deuxième remarque du criminologue bat en brèche l’affirmation largement répandue par nombre de médias et de politiciens parmi les plus veules, qu’on intervenant fermement contre la délinquance dans les banlieues, cela mettrait en quelques sorte le « feu aux poudres » : c’est considérer que l’immense majorité des populations dans les zones devenues « de non-droits » soutiendrait les racailles, applaudiraient à leurs « exploits » et bénéficieraient de leurs trafic… La réalité, a rappelé Xavier Raufer, est en effet tout autre : que ce soit les derniers « Gaulois » n’ayant pas eu les moyens de fuir les lieux ou les familles d’origines immigrés ayant sincèrement toujours souhaité s’intégrer et pour nombre d’entre elles y ayant réussi, la délinquance est un fléau quotidien : tous la subissent !

De l’insécurité dans les squares d’enfants à l’omniprésence des trafiquants dans les halls d’immeubles et les cages d’escaliers jusqu’à la confiscation à leur seul profit des cages d’ascenseurs et l’embrigadement de leurs adolescents dans leurs gangs – avec les inévitables, sanglants et barbares règlements de comptes à la clefs – il est certain que ces familles-là applaudiraient au rétablissement de « l’ordre républicain », aussi rude et implacable devrait-il être.

La troisième remarque de Xavier Raufer est à l’évidence un vœu pieu : le redéploiement des policiers en surnombre dans les beaux (de moins en moins) quartiers parisiens regroupant la plupart des Ministères et le Palais de l’Élysée, dans les « zones de non-droits » où leur présence passe plutôt inaperçue (euphémisme !) : pour lui, nul doute qu’une présence policière accrue calmeraient les ardeurs commerciales tout autant que belliqueuses des criminels.

Mais cette éventualité peut laisser sceptique : d’abord, si les policiers ainsi redéployés devaient l’être avec la même indigne consigne de leur hiérarchie – « ordre impératif » serait plus juste – actuellement en vigueur, soit ne surtout pas faire de vagues ! Gageons que les racailles, à défaut d’être tous premiers de la classe, n’en sont pas pour autant aveugles ; ils réaliseraient vite qu’ils pourraient finalement continuer à œuvrer en toute tranquillité…

S’il y eut jadis une sereine « pax romana », c’est désormais la piteuse « pax macronia » qui prévaut… et dans trois ans, cette même paix de pleutres perdurera probablement si un clone de l’actuel locataire de l’Élysée lui succédait.

Mais si le redéploiement policier ainsi espéré par Xavier Raufer l’était avec la réelle volonté de faire cesser pour de bon les trafics, cela pourrait aussi avoir une fâcheuse conséquence : le redéploiement des trafiquants vers de nouvelles zones « de travail »…

On a connu la désertification des campagnes au XXe siècle pour cause d’industrialisation, ne risquerait-on pas d’assister alors à l’explosion de la criminalité, de ses trafics et de ses violences, en nos terroirs et clochers, jusque-là épargnés…

Quoique cela soit déjà de plus en plus le cas…

Philippe Randa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *