reporters

Le coup d’œil de Philippe Randa : Donald Trump, cauchemar des auto-proclamés bien-pensants…

Conçue à l’origine comme une protection pour « garantir la liberté et la sécurité de ses membres par des moyens politiques et militaires » principalement et même exclusivement contre la menace soviétique d’alors, l’alliance atlantique (Otan) est depuis la chute du communisme tout aussi principalement et même ces derniers temps quasi-exclusivement une menace de l’empire américain et de ses vassaux européens au sein de l’Union européen contre la Russie.

Si l’OTAN était admissible lors de Guerre froide pour faire notamment contre-poids au Pacte de Vasovie – soit l’alliance des pays peu ou prou assujettis à Moscou – son existence même devenait à l’évidence obsolète après la chute de l’URSS, le 25 décembre 1991.

Une évidence qui ne l’a pas été pour Washington.

Mais son avenir semble aujourd’hui quelque peu menacé.

Donald Trump, favori des sondages à l’investiture du Parti républicain pour la prochaine élection présidentielle de novembre, envisage, s’il est réélu, de faire sortir les USA de l’Otan au motif que son pays assume seul (ou à peu près) le coût de celle-ci.

En effet, lors d’un meeting en Caroline du Sud le 10 février dernier, il a même révélé l’échange qu’il aurait eu avec « un des chefs d’État de l’Otan » dont il n’a pas livré le nom.

— Si on ne paie pas et qu’on est attaqué par la Russie, est-ce que vous nous protégerez ? aurait demandé celui-ci.

— Non, je ne vous protégerais pas. En fait, je l’encouragerais à vous faire ce qu’elle veut. Vous devez payer vos dettes.

On se doute du tollé que cette déclaration a déclenché non seulement dans les rangs du Parti démocrate, on s’en serait douté, mais bien au-delà car si l’Otan était la bête noire de la gauche et de l’extrême-gauche à la fin du siècle dernier, elle est désormais la nouvelle idole devant laquelle les progressistes de tous bords se prosternent avec une rare obscénité.

Comme l’a récemment souligné Le Journal du dimanche, « le candidat républicain a retenu la leçon de sa victoire surprise d’il y a huit ans comme de sa défaite, jamais admise, il y a quatre ans. Les épreuves du pouvoir, mais aussi les échecs (et notamment aux midterms) ont façonné le favori de l’élection de novembre prochain. »

Difficile alors d’imaginer que The Donald a parlé sans réfléchir à ce qu’il disait. Il y a tout lieu de croire qu’au contraire, sa menace d’en finir avec l’alliance atlantique n’est pas à prendre à la légère car si Washington ne paie plus, c’est un arrêt de mort immédiat pour elle.

Son come-back à la Maison-Blanche pourrait donc signifier la fin de l’impérialisme militaire yankee tel que le monde le subit depuis 1945… et un retour à une ligne isolationniste et neutraliste de la politique extérieure américaine qui fut celle des États-Unis avant leur entrée en guerre en 1917, ce qui leur permit de cesser d’être les débiteurs de l’Europe pour en devenir les créanciers.

Décidément, Donald Trump entend bien rester le cauchemar des auto-proclamés bien-pensants… tandis que beaucoup d’autres Terriens peuvent peut-être « faire un rêve… »

Un rêve américain… une fois n’est pas coutume !

Philippe Randa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *