Mélenchon

Le coup d’œil de Philippe Randa : les sondages, bouées de sauvetage pour soirées d’élection

À chaque élection, son lot de sondage, d’abord tous les mois, puis toutes les semaines et quasiment chaque jour tant qu’ils sont autorisés.

Ils sont déclamés au même rythme que des commentaires sportifs : untel s’envole, untel est distancé, untel résiste, untel stagne, untel s’écroule… et quant aux autres, ils ne démarrent pas. Comme toujours, d’ailleurs. Il y en a qui ne démarrent jamais, ce sont les « petits candidats » ou, pour les élections européennes du 9 juin prochain, les « petites listes » ; elles sont là non pour décrocher des sièges, mais pour faire « passer des idées » : au cinéma, on les nommerait « des figurants », ceux qui font décor sans être remarqués. Ils ne seraient pas là, ils manqueraient ; ils sont là, on ne les voit pas.

Et à chaque sondage, invariablement, il y a les commentaires désabusés de ceux « à qui on ne la fait pas » : pour eux, les sondages, c’est trucages et Cie. Et pour preuve, de rappeler avec gourmandise toutes les fois où les instituts de sondage l’ont eu dans l’baba : l’élection quasi-assurée d’Edouard Balaldur au 1er Tour de la présidentielle de 1995 (il n’ira même pas au 2e) ou encore celle de 2002 où Jean-Pierre Chevènement devait atteindre 14 % (5,33 au final) et qui allait voir s’affronter en finale Lionel Jospin et Jacques Chirac (ce fut Chirac-Le Pen)…

Alors, à quoi bon, tant de sondages qui coûtent si chers et n’ont même pas l’intérêt d’enrayer l’absentation, seule constante annoncée en génral de façon assez précise ?

Et si les sondages n’étaient pas si « faux » que cela ? S’ils étaient véridiques à l’heure H du jour J où ils sont indiqués, sans assurance aucune, comme ne cessent de mettre en garde les responsables des instituts de sondages, rappelant toujours qu’ils sont suceptibles d’évoluer brutalement, et parfois de façon parfaitement sinon irrationnelle et donc imprévisible, à « H moins 1 », à « J moins 1 », sinon à « l’heure H du Jour J » ?

Ce que que reconnait Romain Herreros sur le site du huffingtonpost : « Les résultats des dernières élections européennes ont réservé des surprises, à l’image de la perte de plus de quatre points pour François-Xavier Bellamy entre les derniers sondages et son score réel en 2019. »

De truquage, donc, il n’y aurait point. Dont acte et pourquoi pas !

Mais si les sondages, aussi honnêtement réalisées soient-ils, avaient toutefois un but bien plus sournois : celle de préparer les commentaires à venir au soir d’une élection.

Prenons les sondages des prochaines élections européennes… En tête, la liste menée par Jordan Bardella, d’abord annoncée simplement devant celle de la liste Renaissance, puis creusant l’écart de semaines en semaines pour culminer désormais à plus de 30 % des intentions de vote (jusqu’à 32 %)… Et si, au soir du 9 juin prochain, elle ne totalisait finalement « que » 28 ou 29 % ? Ne serait-ce pas présenté comme un recul ? Un quasi-échec ? Voire la confirmation d’un « plafond de verrre » toujours bien là, à défaut pour les plus enthousiastes de l’annonce du début du déclin de ce courant politique ?

Car si, dans le même temps, le résultat de la liste macroniste – « descendue » cette dernière semaine autour des 15 % – « remontait » à 16 ou 17 %, sans être rattrapée et dépassée par celle de l’enquiquineur socialiste Raphaël Glucksmann, ne sera-t-il pas présenté comme une belle preuve de « résistance » de cette liste qui aurait, qui sait ! « rattrapée » celle de Jordan Bardella si la campagne avait durée ne serait que deux meetings et trois débats de plus ?

Et on verra donc ce qu’on verra à la prochaine élection…

Enfin, on verra surtout, n’est-ce pas, ce qu’annonceront les prochains sondages toujours si utiles pour atténuer un succès ou stimuler une défaite.

Philippe Randa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *